Sauvetage du RUAMM

Le congrès de la Nouvelle-Calédonie a adopté un projet de loi du pays autorisant la Cafat à prêter cinq milliards de francs CFP au Ruamm. Retrouvez ci-dessous l’explication de vote de Nadine Jalabert, rapporteure de la loi du pays.

Le RUAMM connaît depuis sa création en janvier 2002 des difficultés financières et structurelles.

Celles-ci se sont accrues ces dernières années et ce déficit actuel atteint le montant record de plus de 33 milliards de nos francs.
Lors de la commission plénière du congrès le 16 décembre 2019, le Président du gouvernement, Thierry SANTA, et Valentine EURISOUKE, membre du gouvernement en charge du secteur, nous ont présenté les axes du plan de réforme de notre système de santé.
La première étape indispensable de ce plan est l’apurement de la dette cumulée du RUAMM.

C’est dans le cadre de l’apurement de cette dette que s’inscrit la loi du pays et la délibération qui nous sont soumises aujourd’hui. En autorisant l’emprunt de 5 milliards de nos francs à partir des régimes retraites et prestations familiales excédentaires de la CAFAT et en direction du RUAMM, nous réduisons de manière significative le déficit 2020 du RUAMM qui s’élève à 6 milliards 280 millions. Le remboursement de cet emprunt est assuré au franc le franc par le prélèvement de CCS équivalent.
Le vote de ces textes permet d’assurer le paiement à court terme des salaires des personnels de nos hôpitaux et des rémunérations des professionnels de santé libéraux, qui assurent une mission de service public essentielle au contact des plus vulnérables et fragiles d’entre nous, de manière encore plus cruciale en cette période de pandémie.

Bien entendu, cette mesure n’est pas suffisante à elle seule et doit être considérée avec l’ensemble des dispositions déjà arrêtées ou à venir pour sauver et pérenniser notre système de santé.
Notre groupe votera en faveur de cette loi du pays essentielle. Il s’agit pour nous d’être à la hauteur de l’espoir que les Calédoniens placent en leurs élus et d’assurer à l’ensemble de notre population un système de santé pérenne qui les protège.