L’Avenir en Confiance souhaite soutenir l’industrie locale mais n’acceptera pas les abus.

COMMUNIQUE de PRESSE

L’Avenir en Confiance souhaite soutenir l’industrie locale mais n’acceptera pas les abus.

Lors des dernières élections, les Calédoniens nous ont fait confiance pour leur redonner de la liberté, notamment celle de consommer.

Récemment, la société ESQ a sollicité le renouvellement de sa protection de marché.
Cette demande a fait l’objet d’un avis défavorable de l’Autorité de la concurrence et des services du gouvernement pour plusieurs raisons.
Les engagements passés n’ont pas été respectés notamment la construction d’une nouvelle usine. Les contreparties ont été jugés insuffisantes notamment, en termes de qualité, de baisse des prix et de créations d’emplois.

L’autorité indépendante a notamment considéré que les écarts de prix avec l’importation (entre 50% et 160%) et le versement important de dividendes par les actionnaires (environ 1,8 milliard de F.CFP en 10 ans) étaient des éléments justifiant l’ouverture du marché.

De plus, trois des positions tarifaires protégées de la société ont fait l’objet à deux reprises d’annulation par le tribunal administratif qui les a considérées comme illégales.

Sur ces bases le membre du gouvernement en charge de l’économie, Christopher Gyges, a proposé de lever les protections de marchés sur trois des positions tarifaires et d’accorder un quota sur les deux autres.

Il s’agit d’une position équilibrée qui vient redonner de la liberté tout en préservant la production locale.

La manifestation de la FINC est injustifiée et peut paraître déplacée par rapport à la situation financière de ESQ comparée à d’autres sociétés en grandes difficultés qui ne bénéficient d’aucune aide.