« Déclaration de Sonia Backes, au nom de l’Avenir en Confiance, avant l’ouverture l’ouverture du XIXe Comité des Signataires »

 

« Déclaration de Sonia Backes,

au nom de l’Avenir en Confiance, avant l’ouverture l’ouverture du XIXeComité des Signataires »

Dans peu de temps débutera le XIXe Comité des signataires de l’Accord de Nouméa.

La question fondamentale qui se pose ce matin est de savoir si, pour maintenir la Nouvelle-Calédonie dans la France, nous serons seuls face aux indépendantistes ou si l’Etat prendra parti.

La question est de savoir si l’Etat laissera l’indépendance avancer pas à pas, en soutenant les indépendantistes sur un calendrier qui n’en finit plus et qui fait gagner du terrain à l’indépendance ou sur des listes électorales qui privilégient les Kanak au détriment des Calédoniens nés en Nouvelle-Calédonie.

La question sera de savoir si la France est prête à se battre aussi, un peu, à nos côtés, pour ne pas perdre la Nouvelle-Calédonie et pour ne pas la laisser à la merci des appétits de la Chine (qui a déjà fait main basse sur quelques pays indépendants du Pacifique).

La question sera de savoir si les mots du Président de la République, « La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie » ou sur notre place essentielle dans l’axe indo-pacifique, se traduisent dans les faits ou restent de belles paroles.

Les questions de ce Comité ne sont pas techniques… Elles sont de savoir quel avenir nous construisons pour nos enfants, qui n’ont connu que l’incertitude, pour leur offrir enfin un statut qui les rassure.

J’ai dit hier à Matignon, que la Nouvelle-Calédonie avait besoin de « preuves d’amour » de la France pour remporter le 2eréférendum, et pour regagner de la confiance.

On verra donc aujourd’hui si la France nous aime assez pour ne plus avoir peur.

***

                                                                                                                                                                10 octobre 2019