Toujours autant de succès pour les réunions du Grand débat.

Le « Grand Débat Entreprises – la parole aux entrepreneurs » organisé par le gouvernement et initié par Christopher Gygès, en charge de l’économie et des mesures de relance, se poursuit.

 

Après Nouméa et Lifou, c’est à Koné puis Bourail que Christopher Gygès a rencontré les entrepreneurs de Brousse pour recueillir leurs contributions. Sur ces deux communes, près de 200 chefs d’entreprise y ont participé. Ils sont venus faire part de leurs inquiétudes et guetter des annonces du gouvernement. Christopher Gygès a tenu à leur rappeler qu’il était nécessaire « d’entendre ceux que l’on n’entend pas, ceux qui souffrent et se sacrifient pour maintenir leurs entreprises. Nous devons pallier la fracture de confiance qui s’est installée entre le politique et l’économique et retisser des liens afin d’élaborer ensemble une loi de relance économique qui ait du sens. »

 

Des échanges et des engagements

À Koné puis Bourail, les réunions ont certes confirmé qu’un « fossé existait entre Nouméa et le reste de la Calédonie, mais que les préoccupations étaient les mêmes » explique Christopher Gygès.  Un des grands thèmes qui est ressorti, c’est la question des démarches administratives qui viennent pénaliser l’économie calédonienne. « Il faut simplifier ces démarches. Ce sera l’élément premier de la loi de relance : il faut avoir une relation entre le monde des entreprises et l’administration réformée et modernisée pour que les entreprises puissent à nouveau embaucher, et donc mieux fonctionner. »

 

Ce sont aussi les problèmes de trésorerie et l’accès au crédit avec des banques qui ne jouent toujours par le jeu de l’accompagnement qui ont été mis sur la table par les entrepreneurs, ou encore le soutien et la simplification du système fiscal et principalement la TGC, mais aussi les questions sur les délais de paiement des collectivités et des grandes entreprises, « là il faut trouver des dispositifs qui permettent aux plus petites entreprises de se développer » a expliqué le membre de l’AEC avant de rajouter : « Ce sont des thèmes qui font partie de la loi de relance. Si le premier étant la simplification administrative, je peux affirmer que l’on mettra aussi en place des mesures sur les délais de paiements. Quant à la trésorerie, nous avons déjà annoncé la volonté d’avoir un remboursement des stocks de TGC perçus par les entreprises. » Autant d’échanges qui vont dans le sens de la relance voulue et promise pendant la campagne des provinciales par l’AEC.

 

Notez qu’une cinquième réunion du grand débat a été ajoutée au programme à la demande des chefs d’entreprise de la côte Est : elle se déroulera à la mi-octobre à Poindimié.