« CALEDONIE ENSEMBLE :  LA POLITIQUE DE LA TERRE BRULÉE »

COMMUNIQUE de PRESSE

« CALEDONIE ENSEMBLE :  LA POLITIQUE DE LA TERRE BRULÉE »

 

***

 

Alors que les Calédoniens aspirent à retrouver confiance en l’avenir et à croire en un développement de la Nouvelle-Calédonie, le parti de Philippe Gomès s’acharne à vouloir mener une politique de la terre brulée et tente d’exister par la polémique et la provocation au détriment de tout intérêt général.

 

Dans un communiqué de presse, Calédonie ensemble a multiplié les mensonges pour tenter de ne pas assumer sa responsabilité dans la situation budgétaire actuelle de la Nouvelle-Calédonie.

Il est de notre responsabilité de rétablir les faits et de ne laisser ni la calomnie ni la polémique prendre le pas sur l’action politique.

 

La vérité est simple et les faits sont têtus : Calédonie ensemble a délibérément trompé les élus du congrès avec une surestimation volontaire des recettes.

Il manque aujourd’hui plus de 8 milliards de recettes qu’il faut rectifier au travers du budget supplémentaire.

 

Pour faire face à cette situation, le membre du gouvernement chargé du budget a mobilisé les directions de la Nouvelle-Calédonie en lien avec les membres du gouvernement concernés.

Avec une seule volonté : proposer des ajustements de dépenses, déjà présentés à quatre reprises en collégialité, et une seule ambition : trouver les bons équilibres.

 

Jusqu’à présent, il n’était pas question de toucher au budget de reversement, conformément aux termes de la délibération n°366 du 26/12/2018, sécurisant les ressources des établissements publics de la Nouvelle-Calédonie. Au premier rang desquels l’Agence sanitaire et sociale qui finance les comptes sociaux déjà en difficulté, mais aussi l’Agence pour la desserte aérienne qui garantit la continuité pays, ou encore le Port autonome qui joue un rôle stratégique dans le développement du tourisme et les échanges économiques.

 

Enfin, Calédonie ensemble accuse l’Avenir en Confiance de vouloir faire un cadeau de 4 milliards aux entreprises. C’est faux et aisément vérifiable. L’opération est parfaitement neutre pour les finances de la Nouvelle-Calédonie.

 

Le remboursement immédiat des stocks liés à l’instauration de la TGC n’est rien moins qu’une condition de survie pour de nombreux commerces et un enjeu fondamental de préservation des emplois. Si Calédonie ensemble avait fait le choix de faire supporter aux entreprises calédoniennes le rôle de banquiers de la Nouvelle-Calédonie, l’Avenir en Confiance a fait le choix de faire jouer ce rôle aux banques et ainsi sauver de nombreuses structures.

 

En ce qui concerne les leçons de loyalisme, l’Avenir en Confiance ne peut que conseiller l’humilité et la réserve. Un parti adepte de la « souveraineté partagée » et du non-choix entre le « oui » et le « non » lors du référendum, ne devrait donner de leçon à personne, et encore moins à l’Avenir en Confiance.

 

Le véritable objectif de Calédonie ensemble est d’attirer l’attention sur eux au détriment des enjeux cruciaux de la Nouvelle-Calédonie.

L’Avenir en Confiance ne se laissera pas détourner de sa volonté forte de rétablir les comptes publics, de relancer l’économie, de créer de nouveaux des emplois et d’agir au profit des Calédoniens. Et nous appelons les Calédoniens à faire de même.

 

C’est cette action que nous menons au sein des collectivités en assumant pleinement nos responsabilités. Ce budget supplémentaire doit être rapidement derrière nous pour continuer à avancer.

 

 Vous pouvez télécharger le communiqué de presse en version  PDF ici