Compte administratif 2018 de la Nouvelle-Calédonie : Jamais la situation de nos comptes publics n’aura été aussi périlleuse !

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les conseillers de la Nouvelle-Calédonie,

Le vote du compte administratif, qui ne fait qu’exposer la réalité des recettes et des dépenses constitue un exercice de pure forme indispensable à l’établissement des budgets suivants.

En responsabilité l’Avenir en Confiance votera donc ce compte 2018 car les Calédoniens attendent de nous que les choses avancent et qu’elles avancent vite !

Mais pour autant il nous faut dénoncer ici la situation budgétaire inacceptable dont nous héritons.

Jamais la situation de nos comptes publics n’aura été aussi périlleuse après quatre ans d’une politique économique et fiscale contre-productive qui a torpillé notre économie.

Si notre budget de reversement, dont on peut rappeler que 80% va vers la Santé au travers de l’Agence Sanitaire et Sociale, a augmenté, c’est parce que nous avons alourdi les impôts indirects supportés par les Calédoniens depuis 2014.

En revanche notre budget de répartition lui connaît une stagnation dramatique qui impacte directement les recettes de toutes les collectivités de notre île : les Mairies, les Provinces et le budget propre de la Nouvelle-Calédonie lui-même.

Disons-le clairement : le précédent exécutif a essayé de maquiller la réalité en allant piocher des recettes exceptionnelles dans les caisses de l’OPT et du Port Autonome.

On a ainsi inscrit 8,4 Milliards de recettes exceptionnelles qu’on ne retrouvera pas demain.

Si on enlève ces sommes, nos comptes ne sont absolument pas en excédent.

Au contraire la Nouvelle-Calédonie affiche désormais un déficit structurel de plus de 1 milliard !

La vérité c’est que pendant que nos recettes stagnaient, le Gouvernement a laissé filer nos dépenses globales, notamment avec l’augmentation irresponsable de la masse salariale en 4 ans.

Il faut que les Calédoniens le sachent : à cause de cette situation de déficit structurel laissé par la précédente majorité, la Nouvelle-Calédonie ne sera plus en capacité demain de payer ses dettes si rien n’est fait rapidement pour revenir à l’équilibre.

Nos bailleurs de fonds comme l’AFD hésitent désormais à nous prêter de quoi financer nos investissements et considèrent que nous devrons mettre en place un plan de redressement qui devra être drastique.

Et comme si cela ne suffisait pas, notre endettement a dépassé le seuil d’alerte puisqu’il s’établit à présent à 91%.

Voilà donc le triste bilan dont nous héritons ce jeudi 27 juin 2019 de la part de l’ancienne majorité.

Alors que la Nouvelle-Calédonie traverse une crise économique d’une gravité rare, un appel commun récent de toutes les forces vives économiques vient nous rappeler à nous tous élus ici au Congrès, qu’il y a aujourd’hui urgence à mettre en place un Gouvernement qui puisse rendre l’espoir, rétablir la confiance des investisseurs, relancer notre économie et nos emplois.

Il y a urgence car la situation devient critique à la fois pour notre système de santé et pour nos finances publiques.

A l’Avenir En Confiance nous portons la conviction que la sortie de cette situation est possible, si nous mettons tous ensemble en oeuvre la politique économique et sociale de relance qui est attendue par nos concitoyens.

L’exemple de notre sœur du Pacifique, la Polynésie Française, est là pour nous montrer la voie.

Après dix années noires qui ont vu chuter régulièrement les emplois salariés, le retour à la stabilité politique et à une politique de relance économique volontaire ont permis d’inverser spectaculairement la tendance à partir de 2014.

Depuis l’emploi salarié n’a cessé de progresser, passant de 61.600 à 64.400 en 4 ans.

Le retour à la confiance et la reprise économique ont permis aux recettes du Pays de progresser de 8% entre 2018 et 2019, alors que la Polynésie a su réduire de façon régulière sa dette depuis 2014.

Il n’y a donc aucune fatalité. Il n’y a rien d’autre que de très mauvaises politiques qu’il faut changer.

La reprise est à portée de main.

L’esprit pionnier et l’esprit d’entreprise sont toujours bien vivants en Nouvelle-Calédonie.

Ils n’attendent pour s’exprimer que le retour à plus de liberté, plus de sécurité et plus de respect des institutions envers ceux qui choisiront d’investir ici, et osons le dire, un simple retour au bon sens économique.

Le 12 Mai les Calédoniens ont voté pour le changement. Cette volonté du peuple doit être respectée. Nous le devons à notre population qui a déjà assez souffert.

Messieurs les élus, chers collègues, c’est notre devoir à tous de rendre ceci possible et sans plus de délai.

Je vous remercie.