Une démocratie rénovée, transparente et exemplaire ; une charte morale entre colistiers

Changer et moraliser la vie publique calédonienne

 

  • Une démocratie rénovée

Les Calédoniens, comme d’autres avant eux, ont perdu confiance en la politique et en leurs représentants.

A l’Avenir en Confiance, nous ne tomberons pas dans la facilité du « tous pourris » car cela n’aide pas la démocratie, mais il est important de reconnaître que des erreurs ont été commises et d’en tirer des enseignements.

Des pratiques telles que l’embauche des conjoints comme collaborateurs, l’absentéisme des élus ou les promesses électorales non tenues, ont contribué à cette perte de confiance. Pour retisser ce lien, nous devons à la fois être plus transparents et plus exigeants sur l’exemplarité des élus.

C’est notre démocratie que nous devons rénover, en nous pliant à plus d’éthique dans notre engagement ; plus de transparence et d’exemplarité dans l’exercice des missions, que nous confierons les Calédoniens, s’ils nous font confiance.

  • Une charte et un code de conduite pour les colistiers de l’Avenir en Confiance

Chaque colistier de l’Avenir en Confiance s’engage nominativement et personnellement à respecter une charte et un code de conduite de l’élu. Il en découle un véritable engagement déontologique de l’engagement en politique et un devoir d’information envers les Calédoniens, comme le respect de l’adversaire politique…

L’Avenir en Confiance regroupe en effet trois partis politiques loyalistes. Cette démarche a pour ambition de développer un partenariat durable entre les colistiers, futurs élus et avec l’ensemble des citoyens de la Nouvelle-Calédonie.

Dans son programme de campagne, l’Avenir en Confiance s’attache à promouvoir une démocratie rénovée, transparente et exemplaire. Cette charte est un code de conduite qui garantit l’engagement du colistier et du futur élu.

Des mesures concrètes et pérennes

Afin de moraliser la vie politique et l’exercice de la profession d’élu au service de ses concitoyens, des mesures d’urgence sont à prendre, dès le début de la mandature, comme :

  • interdire les emplois familiaux dans les cabinets politiques ;
  • interdire tout mandat public à des personnes coupables de violences ;
  • sanctionner l’absentéisme des élus au sein des différentes assemblées en réduisant leurs indemnités et en rendant publics les jours de présence ;
  • établir un bilan annuel du travail des élus au sein des collectivités.

Informer les citoyens est un devoir moral incontournable pour les élus de l’Avenir en Confiance. Les récents évènements sociaux en métropole montrent que nous devons aussi mieux associer la population aux décisions afin que celles-ci soient mieux acceptées et comprises. Ainsi, il nous faudra :

  • Permettre au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et aux provinces de consulter les Calédoniens sur des sujets qui concernent leurs compétences.
  • Organiser des assises de la dépense publique en collaboration avec l’ensemble des collectivités, les partenaires sociaux et les représentants de la société civile. Un plan de réduction de la dépense publique sur cinq ans sera validé. Cette baisse sera notamment réinvestie dans le pouvoir d’achat des Calédoniens et dans la compétitivité des entreprises.
  • Rendre systématique l’évaluation des politiques publiques et instaurer des contrats d’objectifs. Les mesures votées doivent être systématiquement évaluées afin de vérifier leur impact.
  • Réaliser en début et en fin de mandature des audits indépendants de l’ensemble des collectivités dont nous assurerons la gestion.
  • Garantir la liberté d’expression des radios libres en préservant leurs financements sur l’ensemble d’une mandature.