L’amnésie et l’irresponsabilité du parti de Germain/Gomès

I – Pouvoir d’achat : face à l’échec et au mensonge de Calédonie Ensemble sur le pouvoir d’achat des Calédoniens, l’objectif de l’Avenir en Confiance est d’augmenter les salaires

Calédonie Ensemble accuse la liste l’Avenir en Confiance de vouloir baisser le pouvoir d’achat des Calédoniens et semble atteint d’amnésie préélectorale.

Le parti des Philippe Germain et Gomes oublient volontairement le matraquage fiscal de 15 milliards d’impôts et de taxes supplémentaires organisé depuis 5 ans avec :
• la création d’une Contribution Calédonienne de Solidarité (notamment sur les retraites et les minimas sociaux).
• La hausse de la taxe sur les produits alimentaires.
• La hausse de la taxe sur l’essence.
• La TGC dont la complexité a généré des surcouts.
Par ailleurs ils oublient la destruction de plus de 2 000 emplois privés due à leur politique et enfin le grand échec de la mandature, l’annonce de baisse des prix à grand renfort de millions qui a constitué un mensonge politique.

Nous comprenons que ce bilan soit lourd à porter et que Philippe GOMES et Philippe GERMAIN souhaitent faire assumer la responsabilité à d’autres, quitte à détourner leur propos.

Dimanche soir sur le plateau du journal télévisé de Nouvelle-Calédonie première, Sonia BACKES a indiqué que le premier objectif de l’Avenir en Confiance était de redonner du pouvoir d’achat aux Calédoniens à travers un nouveau contrat social.

Pour cela nous souhaitons, sans coût supplémentaire pour l’employeur, augmenter les salaires notamment les plus bas et ceux de la classe moyenne en :

• baissant les charges sociales en contrepartie d’une hausse des salaires ;
• exonérant de charges sociales les heures supplémentaires afin de valoriser le travail ;
• revalorisant le SMG grâce à une baisse de charges.
Cette baisse de charges sociales serait financée par :
• une baisse des dépenses publiques réinvesties dans le pouvoir d’achat et la compétitivité ;
• une relance de la consommation et de l’activité ;
• une simplification de la TGC en instaurant un volet social comme cela est fait dans la plupart des pays où l’économie est en bonne santé.
Le temps est venu pour Philippe Germain et Gomès d’assumer leur échec sans caricaturer les propositions des autres formations.

II) SLN : Calédonie Ensemble est irresponsable et joue avec la survie de milliers d’emplois.

Philippe GOMES et GERMAIN refusent de prendre toute mesure pour sauver la SLN et caricaturent les propositions de l’Avenir en Confiance.

La situation de la SLN est extrêmement grave et sa fermeture n’est pas à écarter.
Pour rappel, les conséquences d’une cessation de l’activité seraient :
• 2 000 emplois directs détruits ;
• 3,8 milliards de cotisations sociales en moins donc une faillite de nos régimes sociaux ;
• 1,6 milliards de hausse du régime chômage qui ne pourrait être assuré que pendant 6 mois.
Philippe GOMES détient aujourd’hui tous les pouvoirs avec la présidence du gouvernement, d’Enercal, de la province Sud et un siège au conseil d’administration d’Eramet qui lui permettraient de sauver l’entreprise :
• en autorisant les exportations sans obligation de brader le minerai à la SMSP d’André DANG ;
• En baissant le cout de l’énergie du prix du barrage de Yaté. Un accord gagnant-gagnant entre la collectivité et la SLN est possible en augmentant la part de la production ENR dans la distribution publique et en baissant le coût de rachat pour la société.
Or force est de constater, que Philippe GOMES/GERMAIN privilégient les communiqués de presse plutôt que d’agir réellement pour sauver les emplois. Toutes leurs décisions portent à croire qu’ils souhaitent la fermeture de la société et ainsi s’inscrire dans la démarche de la doctrine nickel de la province Nord.

Le sauvetage de la SLN et de ses emplois constitue pour l’Avenir en Confiance une priorité absolue.