Thierry Santa dépose un recours en annulation devant le Tribunal Administratif

Philippe Germain, Président du gouvernement et Gaël Yanno, Président du congrès ont décidé de passer en force les délibérations relatives à l’organisation de l’enseignement primaire et au socle commun de connaissances, de compétences et de valeurs de la Nouvelle-Calédonie après avoir purement et simplement ignoré la concertation avec les professionnels, dont notamment les enseignants.

Ce nouveau passage en force est déjà condamnable par le déni de démocratie qu’il représente. Mais pire encore, les élus du congrès de la Nouvelle-Calédonie n’ont eu que 3 jours pour analyser ces textes de plus de 300 pages qui réforment l’enseignement primaire en profondeur (valeurs, temps scolaire, langues Kanak, etc.).

Tous les délais légaux d’étude et d’examen ont été bafoués et le sujet est trop important pour que ce nouveau passage en force reste sans réponse.
Il est temps de mettre un coup d’arrêt à ces manœuvres autoritaires et j’ai donc décidé de déposer, ce jour, un recours en annulation devant le tribunal administratif.

Thierry Santa